Prendre soin de votre corps et de l’environnement en même temps, c’est la proposition du plogging, une pratique qui séduit de plus en plus d’adeptes. On vous explique ça à petites foulées.

Plus fort que le footing, le plogging est une nouvelle pratique sportive qui propose de faire son footing tout en ramassant des déchets, ou vice et versa, c’est comme vous préférez. Ce mot étrange vient de la contraction entre « plocka upp » (ramasser, dans la langue de Greta Thunberg) et « jogging », mais ça peut aussi coller avec running, walking, fishing… vous avez compris l’idée.

À lire aussi : Le zéro déchets au bureau, mode d’emploi

Le plogging, où comment concilier amour du sport et de la planète

Les « ploggers » se retrouvent le plus souvent en petits groupes pour effectuer leurs tournées. Plutôt que de désespérer face à la quasi inaction des pays sur les questions environnementales, eux prennent leurs jambes à leur cou et leurs déchets à bras le corps en s’arrêtant sur leur parcours pour ramasser les déchets qu’ils croisent. Une façon très concrète de protéger la planète en évitant aux papiers, mégots, touillettes, bouteilles et autres gobelets en plastique de rejoindre la mer ou les rivières.

Le plogging se pratique aussi en nageant, en navigant, en trekkant, bref, dans toutes les activités outdoor où l’on peut être amené à croiser des détritus.

Une pratique qui fait travailler tous les muscles

Le plogging nécessite de fréquents arrêts suivis d’accélération, et permet de combiner la course et des swats réguliers pour ramasser les détritus, sans oublier les rotations du buste pour jeter lesdits déchets au passage dans les poubelles rencontrées sur le chemin. Ces mouvements viennent varier de manière intéressante les groupes musculaires sollicités par l’activité sportive.

Et une activité citoyenne qui crée du lien

Autre bénéfice du plogging : le lien social, puisque cette activité se pratique souvent en groupe. En France, Nicolas Lemonnier a fondé en 2016 la Run Eco Team sur Facebook, soutenue par Mark Zuckerberg himself dans ses vœux 2018, page via laquelle s’organisent des événements de plogging. Il a aussi décliné le concept via une appli (dispo sur Google Play et App Store), pratique pour organiser des sessions entre ploggers, qui compte aujourd’hui plus de 50 000 utilisateurs. L’appli comptabilise vos performances sportives, la quantité de déchets ramassés, et cartographie les lieux où s’amassent le plus de déchets.

Une opportunité de team building

Alors en 2020, pourquoi ne pas créer votre propre groupe de plogging avec vos collègues ou vos coworkers fans de running ? Il suffit d’un sac poubelle ou sac à dos, plus pratique pour courir, d’une paire de gants réservés à la collecte pour ceux qui n’ont pas envie de manipuler directement les déchets, et le tour est joué.

À lire aussi : Hey patron, une douche s’il vous plaît !

Voilà une excellente idée de bonne résolution pour cette nouvelle année, alors que l’étendue du 7e continent de plastique continue de s’étendre dans le Pacifique, atteignant désormais une surface équivalente à trois fois celle de la France1.

Bonne collecte à vous !

1 – Etude Ocean Cleanup, 2018

Au fait, chez Wojo on ne fait pas qu’écrire !

Bureaux privatifs

Bureaux fermés de 2 à 200 postes personnalisables, accès sécurisé 24/7.
Contrat flexible.

Wojo Corners

Postes en espace partagé, dédiés au travail dans le calme. Pour les freelances et les petites équipes, mais aussi les entreprises qui concilient bureaux privatifs, networking et nomadisme.

Wojo Spots

Réseau d’espaces pour travailleurs nomades, déployé par Wojo auprès de ses partenaires (hôtels, cafés, concept stores). Pour travailler où on veut quand on veut.

Salles de réunion

De 2 à 80 personnes. Idéal pour les réunions, séminaires, formations… (restauration sur demande).

Je souhaite publier à titre personnel