Alors que nous vivons notre sixième semaine de confinement, de premières études décortiquent l’impact du confinement sur notre quotidien et nos modes de travail. On y découvre que le télétravail, après une phase d’adaptation, a conquis le cœur d’une large majorité de Français… Côté activité en confinement, sans surprise, nos écrans occupent une place centrale. Explications.

Plus jamais sans mon télétravail ?

Avant le confinement, 74% des sondés(1) n’avaient jamais expérimenté le télétravail : ils ont donc dû adapter leur espace de vie et leur matériel de travail de manière soudaine pour faire face  à ces circonstances exceptionnelles. Pour beaucoup, cela ne s’est pas fait sans heurts :  quelques jours après le début du confinement, 76% des Français (2) déclaraient regretter leur bureau.

Mais quelques semaines plus tard, la chanson n’est plus la même. Les deux-tiers des actifs (66%) veulent aujourd’hui continuer (1)  à télétravailler, un nombre qui invite DRH et dirigeants à s’interroger sur la place à accorder au télétravail après la crise sanitaire. Les travailleurs apprécient tout particulièrement l’optimisation du temps de transport (35%) et la réduction du stress lié à ces trajets (35% aussi), sans oublier pour un tiers des sondés l’impact écologique positif du télétravail. Alors, on dit banco et adios aux bureaux fixes ? Oui, mais…

Ohé, il y a quelqu’un ?

Télétravailler, c’est chouette, mais si on pouvait trouver un moyen de caser des collègues quelque part entre la cuisine et la salle de bains, ce serait encore mieux. Car près de la moitié (47%) des travailleurs (1) souffrent du manque de lien social, 43% regrettent l’émulation collective émanant d’un espace de travail dynamique (2), et 35% le fait de pouvoir échanger facilement avec leurs collègues.

À lire aussi : Travail en équipe et à distance, 7 conseils pour maintenir le lien

Autres difficultés rencontrées : 36% estiment qu’il y a trop de distraction à la maison, sans oublier le manque de séparation entre les sphères personnelles et professionnelles (30%) lorsque l’on mène ses visioconférences au milieu du salon. Une esquisse de solution ? Quand ce sera de nouveau possible, proposer à ses salariés de télétravailler dans des espaces partagés, proches de chez eux, doté d’un mobilier plus adapté au télétravail que la table basse du salon, où ils baigneront dans un environnement stimulant et créatif.

Les écrans, autres grands gagnants de l’activité en confinement

Différentes études menées sur notre activité en confinement montrent que les écrans sont devenus nos principales fenêtres sur le monde, et occupent une place centrale dans le nouvel équilibre des foyers. Sans surprise, le trafic Internet a bondi avec une hausse de 50 à 70% dans les pays confinés (3), et pour cause : nous passons désormais une grande partie de nos journées en ligne.

 « On se fait un Zoom » is the new « On se fait une bouffe ? »

Faute de se voir en vrai, on se voit donc sur écran, et beaucoup ! Les plateformes d’appels audio et vidéo Discord, Zoom et House Party ont été les plus téléchargées en France depuis le début du confinement (3), suivie à la quatrième position par… Gradient DNA Ancestry, une application qui indique l’origine (supposée) de vos ancêtres à partir d’un mapping de votre visage ou vous dévoile à quelle star vous ressemblez.

Information, cuisine et divertissement, activités privilégiées en confinement

Lorsqu’on ne discute pas avec ses collègues ou ses proches en vidéo, on s’informe ! Les sites d’actualité ont enregistré 50% de hausse de trafic depuis le début du confinement. Une fois que l’on est à jour, on cuisine (+ 40% de trafic sur les sites de cuisine), avant d’écouter des podcasts ou des radios online (+30%) pour mettre à profit ce temps retrouvé.

À lire aussi : Infox, adoptez les gestes barrière contre les fake news

Bonne nouvelle côté culture : la consommation de produits culturels est considérée comme l’activité en confinement « la plus indispensable à leur équilibre » par plus de la moitié des Français, devant le sport ou les activités manuelles (4). On pouvait s’y attendre : les amateurs de série sont 55% à en consommer davantage qu’avant le confinement, suivis par le jeu vidéo (53%) et les films (50%). Mais la presse (46%) et enfin les livres numériques (42%) ne sont pas en reste !  Plus surprenant, la télévision tire aussi son épingle du jeu, avec un record de 4h49 d’écoute par jour et par personne en mars selon Médiamétrie : parents accros à BFM, ou enfants devant les chaines scolaires peut-être ?

Côté e-commerce, des résultats contrastés

Confinement et fermetures des commerces obligent, les transactions sur les sites de e-commerce progressent de 8,8%, essentiellement tractées par le secteur de la parapharmacie (+27,5%), et la grande distribution, où le nombre de conversions a été multiplié par 2,5.

Les enseignes de retail et de luxe font grise mine, avec un effondrement de 67% des conversions en ligne, mais pas autant que les sites dédiés au tourisme, avec -83% de conversions…  Le retour à la normale s’annonce très difficile pour ces secteurs, sans oublier l’événementiel et la restauration, touchés de plein fouet par les mesures de confinement, d’autant plus que les consommateurs se montrent exigeants sur les efforts déployés par les marques pour faire face à la situation (75%) et sur l’utilité de la marque en question dans la nouvelle vie quotidienne (77%).

Il serait prématuré de tirer un bilan définitif de cette période de confinement, mais on voit déjà se dessiner certaines tendances pour la suite. S’il est probable que les activités en ligne décroissent au fur et à mesure que nous reprendrons le fil de nos vies sociales et culturelles IRL (In Real Life), la découverte « forcée » du télétravail pour bon nombre de salariés fait bouger les lignes dans les entreprises. Le dialogue est désormais ouvert entre dirigeants et collaborateurs désireux de normaliser cette expérience. Une tendance de fond à suivre de près dans les prochains mois !

1 – Enquête One Poll menée pour Citrix, avril 2020.
2 – Enquête
Deskeo, menée du 2 au 8 avril 2020.
3 – Infographie Repeat Groupe, L’impact du confinement sur le digital, 30 Mars 2020
4 –
Enquête Ifop réalisée du 26 au 27 mars 2020, publiée par Hadopi.

Au fait, chez Wojo on ne fait pas qu’écrire !

Bureaux privatifs

Bureaux fermés de 2 à 200 postes personnalisables, accès sécurisé 24/7.
Contrat flexible.

Wojo Corners

Postes en espace partagé, dédiés au travail dans le calme. Pour les freelances et les petites équipes, mais aussi les entreprises qui concilient bureaux privatifs, networking et nomadisme.

Wojo Spots

Réseau d’espaces pour travailleurs nomades, déployé par Wojo auprès de ses partenaires (hôtels, cafés, concept stores). Pour travailler où on veut quand on veut.

Salles de réunion

De 2 à 80 personnes. Idéal pour les réunions, séminaires, formations… (restauration sur demande).

Je souhaite publier à titre personnel