2017 : nous voici aux portes de la révolution 4.0.

La révolution 3.0 a bouleversé la relation entreprise/client, exigeant l’amélioration immédiate de notre qualité de vie, la « facilitation » de notre quotidien et toujours plus de services : pour durer, ou se faire une place, les entreprises savent aujourd’hui qu’elles doivent être data driven, « écouter » les consommateurs augmentés que nous sommes devenus, et itérer en permanence(1). Mais l’innovation ne suffit déjà plus à garantir un succès pérenne, et c’est une excellente nouvelle…

Parce qu’il est désormais admis que le bien-être psychologique d’un individu permet d’augmenter de 10 à 25 % ses performances en entreprise, nombre d’entre elles mettent en œuvre des politiques managériales plus humaines, des cadres de travail conviviaux ou encore des plannings respectueux des contraintes personnelles des individus : le bien-être au travail est enfin devenu un véritable sujet de préoccupation !

Pour progresser dans ces deux directions (innovation et bien-être), nous avons deux alliés de taille : notre créativité et notre optimisme. Encore faut-il se doter de matériaux pour trouver l’inspiration et avoir de bonnes raisons d’espérer.

Partout en France, une quantité de salons, conférences, MeetUps ou ateliers sont organisés chaque semaine afin de réfléchir aux grands sujets de demain : le bien-être au travail, les tiers-lieux, les nouveaux modes de management(2), les villes intelligentes, l’alimentation du futur, etc.

Sur ces sujets, Lyon se caractérise par son dynamisme, sa volonté d’accueillir l’innovation et sa préoccupation des enjeux sociétaux, notamment en milieu urbain. Nous vous présentons ici quelques évènements auxquels nous avons assisté et qui nous ont semblé particulièrement inspirants… sachant toutefois qu’ils sont légion et que nous n’avons pas pu en suivre autant que nous l’aurions souhaité !

 

I - Les entretiens Jacques Cartier :

Organisés une fois par an, les entretiens Jacques Cartier présentent une vingtaine de conférences animées par des spécialistes, chercheurs et observateurs essentiellement Québécois et Français.

Le programme comportait donc une foule de thématiques (enjeux sociaux et économiques, entreprenariat, culture art et performance…) 

 

 

Une réflexion portant sur le rôle des campus universitaires dans la ville a particulièrement attiré notre attention.

L’angle était le suivant : « Face aux phénomènes environnementaux, nous sommes arrivés au point ou notre survie passera par notre capacité à nous adapter. Dès lors, comment mettre à profit l’innovation pour que nos villes répondent à cet enjeu en étant aussi un lieu de plaisir, de relations harmonieuses dans le respect de l’environnement tout en développant des villes résilientes ? Comment stimuler la créativité dans un contexte fortement interdisciplinaire ?

Le rôle des campus universitaires, parce qu’ils sont des lieux de formation et d’innovation, pourraient donc devenir les lieux de création et d’expérimentation de « la ville réenchantée » en associant tous les acteurs à cette démarche… ».

 


Les espaces de coworking (espaces interdisciplinaires par nature) ne sont-ils pas, pour leur part, des lieux non pas de formation, mais d’expérimentation et d’innovation ? Et parce qu’ils prônent l’accompagnement des collaborateurs au sein d’une communauté bienveillante, ils peuvent eux aussi être vus comme des laboratoires de cette ville demain (« réenchantée »), à laquelle nous aspirons tous. Comment nous, acteurs du coworking et/ou coworkers, pourrions-nous soutenir et accélérer cette transformation de notre environnement (géographique, professionnel et même personnel !) ?  Amis Lyonnais : si vous avez des pistes, des propositions de sujets de débats, ou connaissance de groupes de travail auxquels nous pourrions apporter notre contribution, contactez Marine (3).


 

 

  

Pour ceux qui ne connaissaient pas :

Le Centre Jacques Cartier, créé à Lyon en 1984 par Alain Bideau et Charles Mérieux, est l’un des opérateurs majeurs de la coopération entre le Canada et la France : « Sa mission prend racine dans la valorisation des écosystèmes scientifiques, économiques, universitaires, culturels et institutionnels du Québec et de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Par l’animation de ce vaste réseau, l’intention est de favoriser les synergies entre ces mondes autour des questions de l’innovation et du transfert.

Cela s’opère notamment par l’organisation des Entretiens Jacques Cartier, événement annuel renommé, qui regroupe une vingtaine de conférences et d'événements sur fond d'interdisciplinarité. »

 

II – Lyon City Life

Et en parlant de la ville de demain, la 1ère édition de Lyon City Life s’est tenue en décembre dernier. Il s’agit d’un forum réunissant des porteurs de projets, des experts, des institutionnels et des journalistes autour de la problématique suivante :

« Comment, tous ensemble, pouvons-nous penser la ville autrement ? Comment imaginer de nouveaux écosystèmes qui révéleraient une mixité sociale et économique ? Quels seraient les nouveaux modèles dans lesquels les entreprises classiques et celles de l’Economie Sociale et Solidaire partageraient les mêmes objectifs d’inclusion et d’innovation sociale. »

Plusieurs tables rondes étaient organisées, portant sur les chantiers en cours pour coconstruire la métropole de demain (connectée, intelligente et dynamique) tout en préservant, voire en améliorant le caractère humain des quartiers d’une ville… à l’histoire millénaire.

Les acteurs de terrain (associations, entreprises…) ont rapporté comment la mutualisation des besoins et des lieux, d’abord née de l’impérieuse nécessité de trouver des alternatives (face à des loyers trop chers, l’absence de place de stationnement, le manque de crèches…), permet de recréer du lien et favoriser l’émulation : des solutions de coworking se créent tous azimuts, y compris pour les domaines artistiques et musicaux.  Il y a donc là un outil majeur du mieux vivre ensemble, en ce qu’il permet de réunir toutes sortes de populations et problématiques : les minorités, les jeunes et les moins jeunes, les habitants et les entreprises…

 

III - Food-Tech Challenge

Restant sur la préoccupation d’un avenir meilleur, nous nous sommes rendus au premier Food-Tech Challenge, organisé par l’institut Paul Bocuse. Une journée qui nous a littéralement aiguisé l’appétit.

 


La Food-Tech en bref :

 « La Foodtech est l’alliance entre le secteur de l’alimentation et de la restauration avec les nouvelles technologies. Elle englobe des services de gestion, de logique et d’optimisation visant à améliorer un process prédéfini : ce sont des outils informatisés qui visent à organiser et donc à numériser l’activité d’un restaurant ou d’une enseigne ainsi qu’à être plus respectueux de l’environnement en contrôlant mieux l’apport des denrées alimentaires dans l’assiette du consommateur. Les start-up dédiées à la Foodtech se multiplient sur un marché en plein essor : une offre qui correspond à une demande bel et bien réelle depuis quelques années. »

 

Pour notre plus grand plaisir, la Food-Tech se pique de décliner du vin bleu, et surprendre nos papilles avec de nouveaux modes de cuisson… Mais parce que nous serons 10 milliards en 2050, elle se préoccupe aussi d’étudier d’autres sources d’alimentation (insectes, algues, spiruline…), de réduire l’empreinte carbone « de la fourche, à la fourchette », d’imaginer de nouveaux modes de production (agriculture urbaine…) et de distribution, etc.


 

 

 

Il s’agit donc d’un enjeu majeur et il existe de très gros investissements dans ce secteur en Europe (en particulier en Allemagne et en Angleterre). Si la France est un tout petit peu en retard par rapport à ses voisines, elle se développe néanmoins à Paris, Lyon, Montpellier, Brest, Dijon, et Rennes.

Ainsi à Lyon, le label "French Tech" puis "Lyon French Tech", qui englobe les thèmes de la mobilité, la sécurité, le retail, la santé et le divertissement, inclut aussi la Food-Tech. Le Groupe SEB soutient également cet écosystème, par le biais d’incubateurs comme "Boost in Lyon", ou celui de l’EMLyon. 

L’institut Paul Bocuse en est autre acteur : le but du Food-Tech Challenge était de créer l’émulation autour de jeunes porteurs d’idées à même de révolutionner nos codes de l’alimentation… Le « terrain de jeu » allant de la livraison de repas à domicile au steak d’insectes en passant la cuisine vegan.

Pour retrouver le résumé des conférences : cliquez ici.

Pour découvrir les deux lauréats : cliquez ici. Il s’agit du jeune entrepreneur Adrien Lamblin (société « In », qui développe des produits innovants répondant au défi de l’alimentation raisonnée), anciennement incubé chez Ronalpia et de Victor Penhoat (« HelloExtra » : solution de mise en contact entre les acteurs de la restauration et l’hôtellerie afin de gérer la variabilité de leur activité).

Sachez qu’il existe un réel besoin de soutien à l’écosystème de la Food-Tech, sous la forme par exemple de « lean start-up », qui consiste à mettre en œuvre un prototypage rapide afin de « vendre vite » et voir la réaction du marché ciblé. Pour notre part, chez Nextdoor, on réfléchit activement à la façon dont nous pourrions soutenir et même porter ces innovations, de préférence sous l’angle collaboratif !

À suivre, donc… ;-)

Rassurés sur notre capacité à innover, nous nous sommes concentrés sur les progrès et réflexions autour du bien-être au travail, un sujet qui nous tient tout particulièrement à cœur !

 

IV- Le forum de l’entreprenariat :

Le thème 2016 était : « Le bien-être de l’entrepreneur ».

Quantité de conférences s’y sont tenues, afin de proposer des outils pour permettre aux entrepreneurs de mieux gérer leur temps, leurs ressources et aussi leurs limites, et surtout : de les appréhender comme une dimension à part entière de leur projet.

Ceci, entre autres, afin de prendre conscience combien il est important de rendre soin de soi, lorsque l’on est la pierre angulaire de son entreprise ;-) Pour les y aider, des métiers comme la sophrologie ou la naturopathie, parfois considérés comme suspects, étaient utilement présentés. 

Ce forum, organisé par la CCI de Lyon, a reçu plus de 2000 personnes en deux jours, accueillant certes un public ciblé, mais en proposant des animations utiles et accessibles à tous les curieux ! 

 

V- Conférence à l’EMLyon :

Toujours sur l’axe du bien-être au travail, nous avons suivi avec attention la conférence animée par la psychologue Gaëlle Blanchard-Leclère sur le thème « Le bien-être au travail comme levier de succès » (organisée par Lyon Business School).

Sa présentation avait pour but de clarifier des notions souvent abstraites, en proposant des définitions claires pouvant servir de base de réflexion : qu’est-ce qu’une bonne santé mentale, le stress, la violence, le harcèlement…

Sachez par exemple qu’avoir une bonne santé mentale, c’est : « être capable d’établir un équilibre entre tous les aspects de sa vie physique, psychologique, spirituelle, sociale et économique »… Alors, sommes-nous en si bonne santé mentale que nous voulons bien le croire ?

Le stress quant à lui, survient lorsqu’il y a un déséquilibre entre la perception que l’on a des contraintes qui nous sont imposées et nos ressources pour y faire face : le manager a donc un pouvoir apaisant considérable lorsque, tout simplement, il renouvelle sa confiance à son collaborateur et en ses ressources (ce à quoi nous ajouterions que si ce même manager valorise en plus l’échec, il viendra à bouts de toutes les réticences de son équipe et recréera ainsi des conditions de bien-être propices à la créativité et la prise d’initiative ;-)

 

 

Gaëlle Blanchard a également attiré notre attention sur un événement récurrent dans le monde du travail, et néanmoins susceptible de traumatiser les collaborateurs, s’il n’est pas correctement présenté par le manager : le changement !

La méthode « GROW » (Goal = quel est l’état souhaité ; Reality = quelle est la situation actuelle ; Options = quelles sont les options possibles ; Way forward = quel est le plan d’action), en quatre phases, est l’un des outils à même d’aider les cadres à accompagner ce changement.

 

CONCLUSION

Voici donc un tout petit aperçu de ce qui s’est passé à Lyon en fin d’année. Inutile de vous dire que nous avons hâte d’y ouvrir un espace Nextdoor (ouverture prévue en septembre 2017) afin de pouvoir apprendre, collaborer localement et coorganiser des MeetUps, des tables rondes ou tout évènement pouvant contribuer à l’enrichissement et l’animation d’un écosystème aussi riche et dynamique !

 D’ici là :

- retrouvez toutes nos animations passées en format vidéo ou texte, sur notre Blog (onglet innovation), 

- suivez notre programmation et n’hésitez pas à vous inviter à nos Leaders MeetUp (pour les Lyonnais : si, bien sûr, vous avez la possibilité de vous rendre à Paris),

- à Lyon, Marine Bonnell est notre relai local : si vous souhaitez lui suggérer d’assister à un évènement ou la rencontrer pour toute question sur nos missions et notre arrivée prochaine, n’hésitez pas à la contacter à : marine.b@nextdoor.fr et sur LinkedIn.

 

À très bientôt…

 

[1] - Lire à ce sujet : Caroline Faillet, L’art de la guerre digitale, Éd. Dunod, 2016.

[2] - Voir à ce sujet les interventions de Thibault Viort pour Accord ; Duc Ha Duong pour Officience ou Christian Boisredon pour Sparknews

[3] - Marine est notre représentante locale. Disponible sur LinkedIn ou marine.b@nextdoor.fr