À quoi nos bureaux vont, ou devront-ils, ressembler après la crise ? Concernant leurs futurs lieux de travail, les salariés ont un avis à ce sujet et voient déjà des tendances fortes se dessiner. Alors que le home office reste de rigueur, Wojo a souhaité connaître le ressenti des Français envers leur bureau traditionnel. L’enquête, menée en octobre dernier par OpinionWay, a été décryptée par Ronan Chastellier, sociologue et maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Paris.

1 – Travailler au bureau et… ailleurs

Petit retour en arrière. Au printemps dernier, selon l’Ademe, 41% de Français télétravaillaient. Une expérience non choisie, qui a contraint ces derniers à faire parfois avec les moyens du bord, d’autant plus que 24% étaient primo-télétravailleurs. Pour autant et malgré quelques réserves (plus dues au home office et/ou au confinement qu’au travail à distance proprement dit), 76% des Français souhaitaient pouvoir télétravailler à l’avenir.

Le reconfinement de l’automne a enfoncé le clou : pour la plupart d’entre nous (et même pour nos enfants) il n’est tout simplement plus concevable aujourd’hui de penser le travail uniquement en présentiel.

L’étude Wojo/OpinionWay, Les Français et les nouveaux lieux de travail va plus loin, en révélant finalement que les salariés, forts de leurs expériences récentes, se prennent à imaginer une autre façon de travailler… ici, mais aussi là-bas. Et ils semblent penser que c’est bien ainsi que cela se passera dans un avenir proche.

2 – Quels lieux de travail pour le présentiel :

Comment faire opérer la magie ?

Sans surprise, pour avoir envie de retourner à son bureau actuel, presque un Français sur deux a besoin d’être rassuré sur sa sécurité sanitaire. Ce qui n’empêche d’aspirer à autre chose : plus de 32% estiment que pour les motiver à venir sur place, l’idéal serait de disposer :
d’espaces plus variés (avoir le choix entre bureaux privatifs, salons, open spaces, etc.),
et plus conviviaux, avec des espaces tels que des bars, restaurants, extérieurs, où il est possible de faire des rencontres et se détendre,
des services dédiés au bien-être et au networking.

lieux de travail du futur Wojo

Des attentes qui font dire à Ronan Chastellier que l’« on considère un peu les salariés comme des sujets post traumatiques, si bien qu’aujourd’hui les faire revenir au bureau dans un contexte sanitaire incertain oblige à repenser radicalement les lieux de travail. On peut presque parler de cocooning du salarié, tant l’idée est aujourd’hui de les choyer, de déployer de manière inédite de petites attentions, une profusion de services qui s’inspirent des codes de l’hospitalité dans l’hôtellerie ».

Mais n’allez pas en conclure qu’il s’agit d’un caprice, ni d’un besoin déraisonnable, car les salariés ont les pieds sur terre. Ils appellent de tels espaces de leurs vœux pour eux-mêmes, mais pensent aussi que l’entreprise serait gagnante.

De nouveaux lieux de travail pour séduire les employés ET les consommateurs

Pour 70% des Français, choisir un nouveau type d’espace de travail (plus convivial, proposant une typologie de bureaux plus variée, et pourvue de services) aurait des effets positifs sur l’organisation puisque qu’il attesterait un mode de management plus humain et tourné vers le bien-être de ses collaborateurs.

lieux de travail et management Wojo

Une préoccupation pour la Qualité de vie au travail (QVT) qui, selon eux, aurait des répercussions mesurables sur les résultats de l’entreprise : un Français sur deux estime que de tels espaces de travail rendraient la marque plus attractive auprès du grand public.

« Les nouveaux lieux de travail sont, dans l’esprit des salariés, une allégorie des nouvelles conditions de travail. À l’extérieur de l’entreprise, ils reflètent son dynamisme, l’importance accordée au bien-être du salarié et le type de management de l’entreprise, contribuant pleinement à la notion de marque–employeur », commente Ronan Chastellier.

En termes d’impact sur leur QVT, les salariés ont répondu comme suit :
– pour 32%, de tels lieux contribueraient à réduire leur stress,
– 27% : ils les rendraient plus productifs,
– 24% : ils permettraient d’impulser une autre organisation de travail au sein de l’entreprise,
– réduiraient l’ennui, feraient gagner du temps, etc.

À lire aussi : L’expérience collaborateur, un challenge post confinement

Tout ceci relève-t-il d’une utopie sur fond de confinement ? Nullement. Selon les Français, c’est déjà en marche.

3 – Des lieux de travail… à distance aussi

Une telle vision du bureau, ainsi appréhendé comme un lieu où, tout simplement, il ferait bon travailler, fait évidemment envie. Mais les salariés ne s’arrêtent pas là.

Les lieux de travail à la carte, c’est pour demain

Plus d’un Français sur deux (56%) pense que dans un avenir proche, ils pourront choisir leur bureau selon leurs besoins quotidiens :
– la localisation selon l’endroit où ils se trouvent,
– leur plage horaire de présence,
– le type d’espace de travail dont ils ont envie (plutôt animé, plutôt calme, dans un bureau privatif…)
– les services utiles (animations, salle de réunion, conciergerie…).

lieux de travail demain Wojo

Constatant que 60% des moins de 35 ans croient en l’avènement prochain de tels lieux, Ronan Chastellier nous explique que « c’est une tendance d’avenir puisqu’elle est portée par les jeunes générations : le bureau à la carte, avec si possible un hyper choix, dans une absence de contraintes ou, tout au moins, avec des astreintes très allégées. »

L’envie d’ailleurs, à portée de main grâce au télétravail

Difficile de ne pas y voir une conséquence du confinement du printemps dernier : un Français sur deux et même 62% des – 35 ans déménageraient aussitôt si on leur offrait la possibilité de travailler à distance de l’entreprise trois jours/semaine.

Pour aller où ? La question n’a pas été posée, mais on sait en revanche pourquoi : pour améliorer sa qualité de vie. « La mobilité professionnelle géographique, qui jusque-là était un problème insurmontable en France, devient une réalité sur fond de Covid-19, de télétravail et de bureau à la carte”, juge Ronan Chastellier. Et en effet, dès lors qu’un collaborateur a testé le télétravail, apporté la preuve qu’il était productif, constaté que ce mode de travail lui convenait, qu’il était techniquement possible et même réaliste… quel frein reste-t-il à lever (si ce n’est la volonté de l’employeur) ?

À lire aussi : Les Echos : L‘envie d’être choyé des salariés

Que conclure de ces chiffres ? Qu’à la sortie de plusieurs épisodes de confinement, les salariés Français aspirent à une nouvelle catégorie de lieux de travail, qui donnent envie, dans lesquels ils puissent se sentir en sécurité, sociabiliser, accéder à des services…
Ils veulent aussi avoir la possibilité de s’organiser et choisir ! Une forme de bureau as a service, tournée vers l’expérience collaborateur. Une tendance déjà incarnée par certains espaces de coworking, mais qui ne représente que 1% de l’offre d’immobilier tertiaire. Les entreprises ont tout intérêt à la généraliser pour motiver les équipes !  

Au fait, chez Wojo on ne fait pas qu’écrire !

Bureaux privatifs

Bureaux fermés de 2 à 200 postes personnalisables, accès sécurisé 24/7.
Contrat flexible.

Wojo Corners

Postes en espace partagé, dédiés au travail dans le calme. Pour les freelances et les petites équipes, mais aussi les entreprises qui concilient bureaux privatifs, networking et nomadisme.

Wojo Spots

Réseau d’espaces pour travailleurs nomades, déployé par Wojo auprès de ses partenaires (hôtels, cafés, concept stores). Pour travailler où on veut quand on veut.

Salles de réunion

De 2 à 80 personnes. Idéal pour les réunions, séminaires, formations… (restauration sur demande).

    Je souhaite publier à titre personnel