Les vacances de la Toussaint approchant, certains parents redécouvriront les joies du télétravail avec enfants plutôt que de les envoyer chez les grands-parents. L’occasion de se remémorer les études réalisées pendant le confinement, qui nous alertaient sur une souffrance accrue des femmes en télétravail, par rapport à leurs homologues masculins. Si la véracité de ces chiffres n’est pas à remettre en cause, l’inégalité hommes femmes en télétravail mérite d’être nuancée et n’est certainement pas une fatalité… lisez plutôt.

Télétravail et enfants : l’épuisement silencieux des femmes

Dès le mois d’avril, dernier Marlène Schiappa, Secrétaire d’État à l’égalité femmes-hommes, alertait contre l’« épuisement silencieux » des femmes en home office. Elle s’appuyait alors sur une étude réalisée par Harris, qui révélait une répartition inégalitaire des tâches domestiques dans les couples pendant le confinement. « Non seulement 58 % des femmes en font plus que leur conjoint, mais 54 % consacrent plus de deux heures par jour aux tâches domestiques ou éducatives, contre seulement 35 % des hommes » affirmait-elle. La Secrétaire d’État pointait également l’impact du temps passé à cuisiner pour les enfants lorsqu’ils ne vont pas à la cantine… et rappelait que le « télétravail n’était pas un mode de garde ».

Des chiffres qui rappellent que confinement ou pas, les femmes ont plus de mal à lutter contre l’appel du lave-linge à étendre que les hommes, et qu’elles consacrent plus de temps que ces derniers à l’organisation de la vie de famille.
Mais est-ce réellement une raison pour dire que le télétravail avec enfants les pénalise ?

À lire aussi : Le travail à distance, cela s’apprend

Hommes et femmes en télétravail, quelle perception ?

Même si cela peut leur sembler relever d’un tour de force, la toute récente étude Kardham sur « L’impact de la crise sanitaire sur les environnements de travail » démontre que les femmes apprécient tout autant, et même un peu plus, le télétravail que les hommes.
Elles sont ainsi 80% à affirmer qu’elles savent gérer leurs horaires de télétravail (contre 77% d’hommes) ; 80% à se considérer comme autonomes (contre 77% chez les hommes) et 82% à souhaiter continuer télétravailler (pour 77% d’hommes)…
Plus significatif encore, elles « ne sont que » 35% à estimer que le télétravail provoque des interférences sur la séparation entre vie professionnelle et personnelle, contre 43% d’hommes… qui seraient donc plus sensibles que leurs conjointes à la difficulté de tout mener de front ? Un constat qui conduit en tous cas les rédacteurs de l’étude à évoquer une meilleure résilience des femmes.

Une tendance qui nous rappelle finalement que les hommes et les femmes restent décidément tout aussi différents (et complémentaires) en situation de télétravail qu’au bureau. Et qu’elles.ils abordent les difficultés comme le télétravail avec les enfants sur les genoux chacun à leur façon. Alors, comment faire basculer les chiffres du chapitre précédent ?

À lire aussi : De la complémentarité des hommes et des femmes : Women’s forum

Télétravail avec enfants : la botte secrète !

Le choix du télétravail pendant les vacances de la Toussaint sera pour certains un choix par défaut… mais ce n’est pas une raison pour aborder la quinzaine à venir en acceptant l’idée que ce sera un marathon entre réunions en visioconférences et activités avec les enfants !

Les chiffres du confinement sur les femmes en télétravail décrivent plutôt les risques du home office, et ne sont pas provoqués par le télétravail à proprement parler. L’épuisement silencieux des femmes évoqué par la secrétaire d’État est une réalité. Mais il menace tout autant un homme en télétravail avec les enfants à la maison et dont la compagne travaille à l’extérieur : indéniablement, l’exerce est difficile et source de frustrations !
Il est toutefois possible de se préserver, en mixant home office et télétravail hors du domicile, pourquoi pas en alternance avec son conjoint, ou entre voisins dans la même situation. Ceci en restant à proximité de chez soi pour limiter ses temps de trajets et être de retour tôt à la maison. Il devient alors possible de rester auprès de ses enfants une partie de la journée et de les faire garder l’autre partie, pour travailler sereinement dans un véritable environnement professionnel, loin de toute tentation ménagère.

L’idée vous interpelle ? Les espaces Wojo ont été imaginés pour ce type de situation : 300 espaces de coworking vous attendent partout en France, pour une matinée, une journée en de temps en temps ou tous les jours… c’est vous qui décidez !

*Abonnement sans engagement

Au fait, chez Wojo on ne fait pas qu’écrire !

Bureaux privatifs

Bureaux fermés de 2 à 200 postes personnalisables, accès sécurisé 24/7.
Contrat flexible.

Wojo Corners

Postes en espace partagé, dédiés au travail dans le calme. Pour les freelances et les petites équipes, mais aussi les entreprises qui concilient bureaux privatifs, networking et nomadisme.

Wojo Spots

Réseau d’espaces pour travailleurs nomades, déployé par Wojo auprès de ses partenaires (hôtels, cafés, concept stores). Pour travailler où on veut quand on veut.

Salles de réunion

De 2 à 80 personnes. Idéal pour les réunions, séminaires, formations… (restauration sur demande).

    Je souhaite publier à titre personnel