Alors que le confinement a modifié de manière spectaculaire la géographie du travail, les 25% de salariés qui ont travaillé à domicile pendant cette période ont découvert l’un des principaux bénéfices du télétravail : la disparition du trajet domicile travail, couplé à un meilleur équilibre vie professionnelle / vie personnelle.
Et ils aimeraient bien continuer à en profiter ! Côté entreprises, qu’ont-elles à gagner en favorisant le travail à distance, à part la réduction des temps de trajets ? Productivité, performance, gain financier… on vous détaille tout cela.

L’émergence d’une nouvelle géographie du travail

L’épidémie de Covid-19 a tout bouleversé sur son passage, et a chahuté les certitudes de nombreux managers. En 2019, 20% des dirigeants étaient encore défavorables au télétravail, un chiffre qui grimpait à 45% chez les managers (1). Huit semaines de confinement plus tard, 75% des collaborateurs disent que leur manager leur fait confiance pour l’organisation de leur travail à distance (2), montrant qu’entreprises et salariés ont su s’adapter à ces circonstances exceptionnelles. Et les salariés ne sont pas prêts à renoncer à ce nouvel équilibre : 74% souhaitent poursuivre le télétravail de manière régulière.

Bête noire du bien-être au travail, casse-tête pour les recruteurs, le temps de trajet domicile / travail (estimé en moyenne à 1h04 aller-retour (3), tous moyens de transports confondus), figure en haut des bénéfices de cette nouvelle organisation du travail pour les salariés.
Mais côté entreprises, les bénéfices sont là aussi.

1 – Moins de temps de trajet = meilleure fidélisation des talents

Selon le baromètre Paris Workplaces 2018 Demain, tous mobiles ? , qui étudie l’impact de la mobilité sur le bien-être des salariés et la performance des entreprises, un trajet domicile travail de moins de 40 minutes équivaut à 16 minutes en plus par jour au bureau, soit 8 jours de travail supplémentaires à la fin de l’année !

Côté bien-être, les résultats sont intéressants aussi. En effet, les salariés ayant moins de 40 minutes de temps de trajets se disent plus heureux au travail. Ils sont 50% à se projeter à plus de cinq ans dans l’entreprise, contre seulement 30% pour ceux qui ont un trajet domicile travail plus important. Ils sont aussi mieux intégrés : 41% considèrent qu’ils ont des amis au bureau, contre seulement 29% pour ceux ont plus de transport.

2 – Trop de temps de trajet = plus d’absentéisme

Selon une étude IFOP de 2019 consacrée aux arrêts de travail, 82% des Français estiment ressentir au moins des conséquences (négatives) suivantes, à cause des transports : “de la fatigue physique (72 %) au stress (68 %), en passant par « une certaine lassitude morale » (65 %) et une « remise en question de l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle » (56 %)”.

En 2019, le baromètre annuel réalisé par le cabinet REHALTO-WPO par BVA confirmait la tendance à la hausse des arrêts de travail, engendrant de l’absentéisme, avec notamment un taux d’absentéisme moyen de 3,9% dans les entreprises de plus de 50 salariés en France.

Dans les mesures de prévention pour y remédier, seulement 21% des entreprises avaient mis en place un accord de télétravail en 2019.
Pourtant, selon la même source, ce dernier a un impact significatif sur le taux d’absentéisme, notamment lorsqu’il reste occasionnel. Selon l’IFOP, 30% des sondés estiment qu’il permet de diminuer leur stress.
Le taux d’absentéisme des salariés ayant des possibilités de télétravail est de seulement 2%, et descend même à 1,2% dans le cas de télétravail occasionnel, alors qu’il grimpe à 4,3% chez les salariés qui n’ont pas du tout la possibilité de télétravailler.

3 – Moins de temps de trajet = meilleur équilibre vie pro / vie perso

Ces chiffres méritent aussi d’être mis en perspective avec les indicateurs de bien-être liés au télétravail, calculés par les pouvoirs publics (4) (rappelons ici que depuis septembre 2017, l’ordonnance Macron a assoupli ses modalités de mise en place afin d’en favoriser la pratique).

Ils soulignent que les salariés en télétravail dorment en moyenne 45 minutes de plus, pour une hausse de productivité de 22%. Autre avantage lié à la diminution des temps de transport : un meilleur équilibre entre la vie personnelle et la vie professionnelle, avec 37 minutes gagnées au profit de la vie familiale.

Un atout qui se valorise dans les campagnes de recrutement, et qui renforce l’attractivité de l’entreprise et sa capacité à conserver ses talents.

4 – Moins de trajet domicile travail = baisse de l’empreinte carbone

70% des Français vont encore au travail en voiture, selon une étude menée par l’INSEE en 2015 et publiée début 2019, contre seulement 16% en transports en commun.

Avec l’arrêt d’une majeure partie du pays, le confinement a provoqué une baisse spectaculaire de 60% des émissions de CO² liées au transport routier en France (6), secteur responsable 29% de nos émissions nationales en temps normal. Ce qui invite à intégrer ce paramètre dans la réflexion sur l’organisation des modes de travail et la généralisation du télétravail dans l’entreprise.

À lire aussi : Plan de mobilité des entreprises : on se bouge ?

Certaines entreprises n’avaient pas attendu le confinement pour faire le lien entre télétravail et baisse des émissions de CO², comme Somfy, basé en Haute-Savoie. 38% des salariés y télétravaillent jusqu’à 2 jours par semaine : avec un total de 4 785 jours de télétravail en 2018, l’entreprise a évité aux salariés de parcourir 170 000 kilomètres (7), réunissant ainsi deux objectifs RSE, une amélioration du bien-être de ses salariés et une volonté de préserver l’environnement.

Plus de télétravail = moins de surface de bureau à louer par l’employeur !

Alors que l’ARSEG (Association des Directeurs de l’environnement de Travail) estimait en 2019 à 13 566 € / an le coût d’un poste de travail d’un salarié, tous secteurs confondus, le télétravail permettrait de réaliser jusqu’30% économies sur le coût de l’hébergement de l’entreprise (4).

Favoriser le flex office et le télétravail à distance permet en effet de réduire le nombre de postes de travail dans l’entreprise, ce qui a un impact direct sur le coût immobilier, les services associés, sans oublier la consommation d’énergie liée au chauffage et à la climatisation des bâtiments.
Des économies qui améliorent l’agilité de l’entreprise et sa résilience face à des ralentissements d’activité ou des crises comme celles provoquées par le Covid-19.

À lire aussi : Avez-vous préparé votre Plan de Continuité d’Activité ?

Oui au télétravail, mais gare aux risques du home office

Le confinement a démontré l’efficacité du télétravail, mais a aussi mis en relief les difficultés du télétravail à domicile (2).
Difficulté à déconnecter (pour près de 24% des salariés), sentiment d’isolement (22,5%), cadre de travail peu propice (13,4%) … sont autant de facteurs qui minorent les avantages du télétravail aux yeux des salariés. Les millenials en début de carrière regrettent aussi le manque de lien avec leur manager pour les appuyer au quotidien.
En composant avec les différentes attentes des salariés et des managers, c’est un nouveau modèle hybride qui se dessine dans l’après Covid-19 : disposer de davantage de jours de télétravail, tout en continuant à aller au bureau pour maintenir le lien avec les collègues et l’entreprise.

À lire aussi : Coworking vs télétravail à domicile, le match en cinq points

Et si le bon compromis pour tirer pleinement parti du télétravail était de proposer à vos collaborateurs de travailler dans un espace de coworking à proximité de leur domicile pour leurs journées de travail à distance ? Sans perdre de temps dans les transports, ils bénéficient ainsi de services performants, d’un cadre propice à la concentration, et de l’immersion dans une communauté d’entreprises et de travailleurs, à la diversité stimulante.

En bref !

Diminuer le temps de trajet grâce au télétravail apporte plus de bien-être, plus de productivité, plus d’attractivité pour l’entreprise, moins de turn-over et moins d’absentéisme.

Favoriser le télétravail permet aussi de réduire les coûts fixes de l’entreprise en diminuant son empreinte immobilière, son empreinte liée aux déplacements de ses collaborateurs, et les consommations énergétiques associées aux bâtiments. 

Alors, on continue sur notre lancée ?

1 – Etude Malakoff Mederic, février 2019
2 – Source Etude WorkAnywhere, avril 2020
3 – Etude Dalia/Statista, 2017
4 – Source Rapport du Ministère de l’Industrie, de l’énergie et de l’économie numérique, Le Télétravail dans les grandes entreprises françaises, 2012
6 – Le Monde, Pourquoi les émissions n’ont-elles baissé que de 30% pendant le confinement ?, 20 mai 2020
7 – Ouest France, Le télétravail permet-il vraiment de lutter contre la pollution ?, 20 mai 2019

Au fait, chez Wojo on ne fait pas qu’écrire !

Bureaux privatifs

Bureaux fermés de 2 à 200 postes personnalisables, accès sécurisé 24/7.
Contrat flexible.

Wojo Corners

Postes en espace partagé, dédiés au travail dans le calme. Pour les freelances et les petites équipes, mais aussi les entreprises qui concilient bureaux privatifs, networking et nomadisme.

Wojo Spots

Réseau d’espaces pour travailleurs nomades, déployé par Wojo auprès de ses partenaires (hôtels, cafés, concept stores). Pour travailler où on veut quand on veut.

Salles de réunion

De 2 à 80 personnes. Idéal pour les réunions, séminaires, formations… (restauration sur demande).

Je souhaite publier à titre personnel