Nom d’un nouveau produit, service ou projet, résolution de problème, idées out of the box pour séduire de nouveaux consommateurs, réflexions sur un packaging… Les occasions d’organiser un brainstorming sont nombreuses… et les raisons de le rater encore plus. Avec la généralisation du travail à distance, organiser une réunion créative efficace demande de la rigueur : on partage avec vous les bonnes pratiques à appliquer.

1 – Adopter les bons outils

Pour mener un brainstorming à distance, vous avez besoin d’un outil de visioconférence. Certains sont gratuits, comme Jitsi ou Skype, d’autres payants ou intégrés à des solutions collaboratives plus complètes (Teams, Talkspirit, etc.).

Il vous faut aussi un tableau blanc collaboratif (Drawchat, Klaxoon, Mural, etc.). Si les équipes ne sont pas familiarisées avec ces outils, envoyez un court guide d’utilisation dans votre invitation, et prévoyez dix minutes d’exercices de prise en main pour démarrer le brainstorming.

En présentiel, les idées sont notées au fur et à mesure sur des post-it collés au mur de la salle de réunion. En digital, le tableau blanc collaboratif permettent de les lister, afficher des moodboards, réaliser des schémas, créer des associations… Bref, de nourrir la créativité de chacun et de centraliser toutes les idées, y compris les plus farfelues ! C’est tout l’intérêt du brainstorming : une association entre deux pistes inattendues peut conduire à une big idea redoutablement efficace.

2 – Poser le cadre du brainstorming

Que cherchez-vous ? Rédigez un brief précis envoyé en amont de la réunion, qui décrit le sujet (produit, problème, service, projet, etc.) sur lequel vous invitez vos collègues à réfléchir, les objectifs, et les cibles. Cet exercice indispensable permet de cadrer ensuite les réflexions pour vous assurer qu’elles répondront bien à vos besoins.

3 – Choisir le bon casting

La quantité ne rime pas toujours avec la qualité, d’autant plus lorsqu’il s’agit de faire jaillir une profusion d’idées. Le bon nombre ? Minimum six personnes pour assurer une bonne dynamique, mais pas plus de dix, car l’effectif devient difficile à gérer en visioconférence. L’erreur à ne pas commettre : inviter tout le département communication, et oublier les autres équipes. Un bon brainstorming est un brainstorming qui fait émerger de nouvelles visions. Rien de tel pour cela qu’un casting mélangé avec des collaborateurs d’horizons différents pour sortir de ses rails habituels.

4 – Fixez les règles du brainstorming

Prévoyez un animateur chargé de faire respecter le timing des exercices et de distribuer la parole, et fixez des règles en début de visioconférence.

Seul le micro de l’animateur est ouvert, les participants lèvent la main pour parler à tour de rôle ou réagir sur une proposition qui vient d’être faite. Les critiques sont interdites, les participants ne sont pas là pour juger les idées des autres. Prévoyez une pénalité (tournée de café virtuelle, dessin de monstre poilu à réaliser, etc.) pour ceux qui ne respecteraient pas. Les téléphones portables sont procrits aussi : demandez à tout le monde de mettre son téléphone en mode avion au début du meeting brainstorm.

Prévoyez aussi un secrétaire, qui note toutes les idées évoquées via un tableau blanc interactif et partagé, afin que tout le monde voie en permanence ce qui a été proposé. Cela peut susciter des associations inattendues dans les étapes suivantes.  

5 – Organisez des ice breakers

Le fait d’organiser un brainstorming en visioconférence plutôt qu’en présentiel constitue en soi un ice breaker. Les participants sont en dehors du bureau et de leur contexte habituel, cela favorise la créativité. Les exercices de prise en main du tableau blanc collaboratif peuvent aussi constituer des ice breakers, grâce à des visuels amusants que les participants doivent manipuler, une carte de France où ils peuvent se positionner, etc.

Autres idées : invitez chacun à choisir l’accessoire de son choix et à l’expliquer au reste du groupe. Vous pouvez aussi demander à chacun de raconter ce qu’il a fait de son début de journée mais sans parler de travail, ce qu’il a mangé hier soir et qui l’a préparé, bref, tout ce qui permet de se mettre en condition pour réfléchir différemment de l’ordinaire.

À lire aussi : C’est l’heure du brainstorm 2.0

6 – Prévoyez plusieurs exercices différents

Les techniques de brainstorming sont nombreuses, et ont pour objectif de faire jaillir la fameuse « tempête d’idées » recherchée ! Nous vous en livrons quelques-unes ici, adaptées à une réunion en visioconférence pour vous aider à construire votre programme. Chaque exercice doit durer entre 10 et 15 minutes.

La page blanche

Pour échauffer les esprits, demandez à chacun de noter dans un document partagé tout ce qui lui semble important, et ce qu’il aimerait bien connaître sur le projet / service / produit à propos duquel vous êtes réunis. Cela part dans tous les sens ? Très bien !

Le tour de table silencieux

Demandez à chacun d’écrire sur votre tableau blanc virtuel une question concernant le produit / service / projet sur lequel vous réfléchissez. Ensuite, laissez 10 minutes au groupe pour que chacun ajoute sa réponse à la question via des notes collées à côté. C’est un exercice recommandé si vous avez des timides dans le groupe !


Le jeu de rôle 

Chaque participant choisit une personnalité et se met dans sa peau le temps de l’exercice. Madonna, Emmanuel Macron, Jeff Bezos, Mickey Mouse… vont donc remplacer Jean-Michel, Nadia, Houcine et Ophélie à l’écran, et proposer leur manière de voir le produit / service / projet dans les idées soumises.

Dessine-moi une idée 

Chaque collaborateur dessine sur une partie du tableau virtuel une image en rapport avec le projet / service produit, ou un axe de réflexion qui mérite d’être creusé selon lui. Chaque dessin fait ensuite le tour de l’équipe dans le sens des aiguilles d’une montre, et chacun y ajoute une image supplémentaire. La discussion sur les images finales fera émerger des associations et idées inattendues.

À lire aussi : Les meilleurs techniques pour animer un brainstorming

7 – Appliquer des principes démocratiques

Le risque dans un brainstorming est que ceux qui parlent le plus fort convainquent les autres de la justesse de leurs idées. Pour éviter cet écueil, terminez votre meeting en laissant à chacun cinq minutes pour voter pour les trois idées qu’il préfère, en déposant une petite croix ou un post-it virtuel dessus. Les deux idées qui obtiennent le plus de votes seront ensuite développées !

8 – Choisir un lieu out of the box pour se réunir

L’idéal pour brainstormer efficacement est quand même de se retrouver en présentiel dans un même lieu. Ce qui devrait progressivement redevenir possible dans les prochains mois, du moins on l’espère. Pour stimuler la créativité des participants, rien de tel que de leur donner rendez-vous en dehors du bureau ou un espace hors du commun : dans un parc, un lieu de convivialité, un espace de coworking offrant des salles de réunion atypiques… à vous de choisir selon la saison et le thème de votre brainstorming !

Au fait, chez Wojo on ne fait pas qu’écrire !

Bureaux privatifs

Bureaux fermés de 2 à 200 postes personnalisables, accès sécurisé 24/7.
Contrat flexible.

Wojo Corners

Postes en espace partagé, dédiés au travail dans le calme. Pour les freelances et les petites équipes, mais aussi les entreprises qui concilient bureaux privatifs, networking et nomadisme.

Wojo Spots

Réseau d’espaces pour travailleurs nomades, déployé par Wojo auprès de ses partenaires (hôtels, cafés, concept stores). Pour travailler où on veut quand on veut.

Salles de réunion

De 2 à 80 personnes. Idéal pour les réunions, séminaires, formations… (restauration sur demande).